Come to the oaks de Bryan T Clark

Bonjour à tous!

J’espère que vous allez bien . J’espère aussi que le nouveau blog vous plait et que vous y serez aussi à l’aise que sur l’ancien et que Karin et moi.  Je vous retrouve aujourd’hui  pour la chronique d’un roman qui me faisait vraiment envie mais que je ne pensais pas aimer autant.  C’est parti pour la couverture et le résumé :

En 1845, alors que l’Amérique se noie dans son propre conflit racial, à un moment où l’amour interdit doit rester un secret, deux hommes peuvent-ils trouver l’amour quand l’un a tout à perdre et l’autre n’a rien?

Pour Tobias, un jeune homme africain, la vie s’est terminée avant de vraiment commencer. Arraché à  sa patrie et asservi dans le Sud Antebellum , les grandes demeures et les chênes majestueux ne signifient rien pour lui. Maintenant, il est considéré comme la propriété des autres hommes, mais son esprit ne serait pas brisé.

Le maladroit Benjamin Nathanael Lee vit une vie privilégiée. Son père possède la plus grande plantation de tabac au sud de la ligne Mason Dixon. Ben ne veut rien avoir à faire avec les rudes réalités de la gestion d’une plantation,  jusqu’à ce qu’il rencontre Tobias, la personne qui change tout pour lui.

La richesse, la cupidité et le pouvoir les ont rassemblés. La même chose menace maintenant de les séparer pour toujours. Les deux hommes sont sur le point de perdre une chose qui importe: leur amour l’un pour l’ autre. Malgré les inconvénients, ils s’enfuient et se lancent dans un voyage pour trouver la liberté: la liberté de s’aimer et de vivre une vie sans les chaînes de l’esclavage.

Come to the Oaks est le récit d’un roman interdit – un amour forgé par deux jeunes hommes qui traversent un pays qui se déchire.

 


 

FR- Alors alors.. alors pfffff dire que je ne m’attendais pas à ça serait un euphémisme.. j’avais bien lu le résumé, je savais « en gros » de quoi ça allait parler, mais je ne m’attendais pas à autant aimer ce roman.

Une petite note au début du roman nous pose le contexte, l’histoire se déroule en 1845, après que l’importation d’esclave ait été interdite mais avant l’abolition de l’esclavage. Ce qui permet de situer un peu le roman dans le contexte historique. L’esclave que nous allons suivre, Tobias, vient d’Afrique et j’ai beaucoup aimé avoir son point de vue et découvrir l’esclavage et le comportement des planteurs à travers ses yeux. J’ai également beaucoup aimé le personnage de Ben, le fils du maitre de la plantation. C’est rassurant de voir que certaines personnes, même si elles ont été élevées selon certains concepts et principes peuvent, d’elles même penser différemment.

Le coté historique, notamment sur les réseaux souterrains pour aider les esclaves en fuite à fuir les états « non libres » était vraiment bien développé et j’en ai appris beaucoup sur ces réseaux, j’avoue que ça me donne encore plus envie de me pencher sur la question.
C’est un aspect très important de ce roman presque plus important que la romance entre Tobias et Ben, et j’ai trouvé que l’auteur traitait plutôt bien son sujet même si j’avoue que n’y connaissant pas grand chose je ne pourrai pas dire s’il y a d’énormes incohérences. En tout cas, c’est vraiment crédible et bien détaillés.La romance, maintenant, entre Tobias et Ben pose deux difficultés. Tout d’abord le fait que Tobias et Ben soient deux hommes, ce qui, bien entendu, n’était pas autorisé à l’époque. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur va nous présenter le point de vue de la tribu de Tobias à ce sujet, la façon dont au final, on ne parle tout simplement pas de ces choses là même un couple dans sa tribu est composé de deux hommes et que cela leur semble normal (suite à des circonstances liées aux rites de la tribu de Tobias) De ce fait, Tobias ne se pose pas vraiment de question lorsqu’il réalise qu’il est attiré par Ben.

La deuxième difficulté de leur relation est le fait que Tobias soit noir, et soit un esclave et que Ben soit blanc. Au final, ces deux difficultés sont aussi importante l’une que l’autre même s’il leur est plus facile de cacher leur relation amoureuse que le fait que Tobias soit un esclave en fuite.

J’ai beaucoup aimé voir leur évolution,la façon dont Ben va s’affranchir de ses parents, de ses obligations, de ses doutes par amour pour Tobias. J’ai adoré le voir devenir un homme et voir tout ce qu’il est capable de faire pour Tobias et pour leur relation.

L’évolution de Tobias est tout aussi intéressante bien que différente. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui se révèle très fort et tout aussi prêt à tout pour Ben.Au final, un roman vraiment prenant,intéressant et fort qui aborde un sujet difficile mais peu abordé en romance MM. Un auteur dont la plume est vraiment entrainante et qui me donne sincèrement envie de me pencher sur ses autres écrits.

ENG- So well well well… well pfffff saying that I did not expect it would be an understatement .. I had read the summary, I knew « basically » what it was going to talk about, but I did not expect to love this novel so much.

A small note at the beginning of the novel poses the context, the story takes place in 1845, after the importation of slave was prohibited but before the abolition of slavery. This makes it possible to situate the novel somewhat in the historical context. The slave we are going to follow, Tobias, comes from Africa and I really enjoyed having his point of view and discovering the slavery and behavior of the planters through his eyes. I also liked the character of Ben, the son of the master of the plantation. It is reassuring to see that some people, even if they have been raised according to certain concepts and principles, may themselves think differently.

The historical side, especially on underground networks to help fleeing slaves to flee « non-free » states was really well developed and I learned a lot about these networks, I confess that it makes me even more want to look into the matter.
It is a very important aspect of this novel that is almost more important than the romance between Tobias and Ben, and I found that the author treated his subject rather well although I confess that I do not know much so I could not say whether there are enormous inconsistencies. In any case, it’s really credible and well detailed.

The romance, now, between Tobias and Ben poses two difficulties. First of all the fact that Tobias and Ben are two men, which, of course, was not allowed at the time. I really liked the way the author will present us  Tobias tribe’s point of view on this subject, the way in the end,they just do not talk about these things even if  a couple in his tribe is made of two men and it seems normal to them (due to circumstances related to the rites of  Tobias tribe). As a result, Tobias does not really question himself when he realizes that he is attracted to Ben.


The second difficulty of their relationship is the fact that Tobias is black, and is a slave and Ben is white. In the end, these two difficulties are as important as the other, even if it is easier for them to hide their love relationship than the fact that Tobias is a fugitive slave.
I really enjoyed seeing their evolution, how Ben will free himself from his parents, his obligations, his doubts out of love for Tobias. I loved seeing him become a man and seeing everything he can do for Tobias and their relationship.

The evolution of Tobias is just as interesting as it is different. I really liked this character who proves to be very strong and equally ready for anything for Ben.

In the end, a novel truly gripping, interesting and strong that addresses a difficult subject but little broached in MM romance. An author whose pen is really enthusiastic and who sincerely gives me a desire to lean on his other writings.

Ma note:
Ce roman entre dans mon challenge  pour la couleur ROUGE :
Quelques informations sur Come to the Oaks :
Editeur : Cornbread Publishing
Prix : 14,89 €
Date de sortie : 1 mai 2017
Nombre de pages : 267 pages

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *